Mise au vert

Préparation en vue de la MLS!

De l’importance des derbys

DE L’IMPORTANCE DES DERBYS

 

Sans les derbys, le football ne serait pas le même. Milan a besoin de l’Inter, comme Red Star Belgrade a besoin du Partizan Belgrade, comme Boca Juniors a besoin de River Plate.

Le Galaxy a-t-il besoin du Chivas USA? La question mérite d’être posée.

Le Superclasico (inspiré du Súper Clásico joué entre le Chivas mexicain et América) entre ces deux clubs est la seule rivalité faisant rage au sein d’une même ville dans le football de première division en Amérique du Nord. Le Galaxy entretient bien des rivalités avec San Jose et Washington, comme Dallas et Chicago en vivent une eux aussi, mais Los Angeles est un cas à part.

Chivas et le Galaxy partagent le Home Depot Center. Un mur sépare les douches de leurs vestiaires. Ils s’entraînent au même endroit.

De bons éléments sont présents pour créer une belle rivalité.

Le hic, c’est que le Galaxy a une fiche de 15 victoires, 6 verdicts nuls et 3 défaites contre Chivas depuis leur arrivée en Major League Soccer; Chivas n’a pas battu le Galaxy depuis 2007.

Bien sûr, les deux clubs ne se livrent bataille que depuis 2005. Tout a le temps de changer, surtout si on prend en considération la nature du sport nord-américain, qui veut donner une chance à tous. Plafond salarial, repêchage amateur, etc.

Or, le dernier match entre les deux clubs n’est pas de très bon augure à ce chapitre. À l’heure actuelle, le Galaxy est des années-lumière (elle était facile) devant Chivas, qui ne connaît pas une très bonne saison. Ces derniers n’ont pas d’imagination, et quand de l’espoir se pointe à l’horizon (Justin Braun, qui marque un tour du chapeau), il disparaît trop rapidement (Justin Braun remplacé à l’heure de jeu au cours du match suivant).

Oui, il y a eu bon nombre de fautes. Oui, les joueurs du Galaxy semblaient particulièrement contents d’avoir marqué. Mais l’ambiance au stade semblait morne, comme au dernier match d’une saison déjà reléguée (je l’ai déjà vécu et je confirme : j’exagère à peine).

Tout porte à croire que les vrais derbys seront peu nombreux. Los Angeles, peut-être New York si le Cosmos reprend réellement vie… c’est à peu près tout. La qualité actuelle du derby de la cité des anges ne fait que confirmer la place importante qu’occuperont les rivalités entre villes voisines ou presque, comme Seattle et Portland ou Dallas et Houston. Des rivalités somme toute égales, où tout le monde a une chance de gagner, où chaque protagoniste pousse l’autre à se dépasser.

Le Galaxy n’avait pas besoin de Chivas en 2005, et ce n’est pas plus le cas aujourd’hui. Le club flirte avec le championnat depuis deux saisons et bat ses proches rivaux sur une base régulière. Lorsque le Galaxy traversera un passage à vide, peut-être aura-t-il besoin d’un rival fort. D’un rival contre lequel il doit absolument gagner. D’un rival qui le poussera à faire mieux, ce qui se traduira par une réelle rivalité, qui en donnera pour son argent au partisan.

Au fait, depuis combien de temps le Toronto FC rate-t-il les séries?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :