Mise au vert

Préparation en vue de la MLS!

Prédictions en vue des séries de 2011

PRÉDICTIONS EN VUE DES SÉRIES DE 2011

Une autre saison au compteur en MLS. Les séries sont à nos portes, et il est temps de se prêter au jeu des prédictions…

Équipes invitées

Colorado 0-0 Columbus (4-3)

Les Rapids et le Crew, ces équipes si palpitantes à regarder, rendent service à tous les journalistes qui couvrent la MLS en se livrant un duel minable de 0-0, ce qui permet de livrer au chef de pupitre un compte-rendu presque écrit d’avance. Andrés Mendoza rate le penalty décisif et Colombus exige de son joueur déchu qu’il lui repaie une partie de son salaire de joueur désigné. Mendoza refuse et un divorce spectaculaire s’en suit, ce qui laisse de la place au Crew pour faire signer un contrat à Carlos Tevez au cours de l’entre-saisons. Le propriétaire, Clark Hunt, se dira ravi d’avoir acquis un professionnel de la sorte.

Dallas 2-0 New York

Pour la première fois de la saison, Brek Shea marque deux buts dans un même match. Pas pour la première fois de la saison, Rafa Marquez est fautif sur les deux buts marqués contre son équipe. Après le match, Thierry Henry remet en question le résultat final en expliquant notamment combien la ligue ne sera pas légitime tant qu’on y respectera un plafond salarial, etc. etc. etc.

Quarts de finale

Colorado 2-2 Los Angeles (5-4)

La meilleure série aller-retour de l’année. Les Rapids livrent une bataille féroce au Galaxy et résistent aux assauts répétés des étoiles californiennes. Après un premier match de 1-1, Robbie Keane déclare à ESPN qu’il donnera tout ce qu’il a pour que Los Angeles mérite une troisième Coupe de la MLS, ce qu’il attend avec fébrilité depuis 1987. Un autre verdict nul de 1-1 s’en suit au Home Depot Center, et la prolongation ne fait pas de maître. Tous les joueurs réussissent leur penalty, sauf un. Dans un autre ordre d’idées, un long métrage fait un malheur en salle pendant la période des Fêtes : Blow It Like Beckham.

Real Salt Lake 2-3 Seattle

Après un premier match sans histoire à Salt Lake City (1-1), Seattle attire encore une fois la plus grosse foule de son histoire; 80 000 personnes se massent dans le CenturyLink Field, soit environ 15 000 de plus que sa capacité maximale. La foule est compacte à un point tel que les partisans entourent de très près la surface de jeu. À la 90e minute, le pointage est de 1-1 et on se dirige vers une prolongation. Mauro Rosales tente un tir de loin, qui passe à côté du cadre. Or, le ballon rebondit sur le pied de Drew Carey, qui a été forcé d’assister au match près de la pelouse en raison de la foule compacte, et apparaît au pied de Fredy Montero, qui marque. L’arbitre Alex Prus accorde le but, à la stupéfaction générale. Lorsqu’un journaliste de l’Utah le questionne à ce sujet, Drew Carey répond tout simplement : « The Prus is right. »

Dallas 2-4 Kansas City

Au matin du premier match, Jose Mourinho affirme en conférence de presse vouloir Brek Shea dans son équipe (« Quiero el Brek Shea en mi equipo. ». Le jeune ailier, complètement désemparé, perd la tête à la 10e minute du premier match et fauche sauvagement Omar Bravo dans la surface. Shea est expulsé et ratera le second duel, tandis que Bravo marque le premier des quatre buts de son équipe dans le match. Dallas enfile un but de consolation à la fin du premier match et remporte le deuxième 1-0, mais qu’importe, c’est le Sporting qui passe à la ronde suivante. Au lendemain de l’expulsion de Shea, on apprendra que Mourinho voulait en fait donner un départ au gardien Antonio Adan; il avait mal prononcé le mot trece (treize) en espagnol.

Philadelphie 1-8 Houston

L’Union réussit un match presque parfait à la maison et l’emporte 1-0 sur un but de Sébastien Le Toux. À Houston, l’entraîneur de Philadelphie Piotr Nowak est pris d’une féroce envie d’aller à la salle de bain tout juste avant le coup d’envoi. Il rate alors une scène inusitée : Freddy Adu entre accidentellement en contact avec son gardien Faryd Mondragon et pète une coche. Adu s’empare du ballon et déjoue toute sa propre défense pour marquer un but contre son camp. L’international américain est en furie et personne ne peut l’arrêter. Il marque six autres buts rapides (Brad Davis ajoute six autres mentions d’aide à sa fiche) avant que Nowak ne revienne du cabinet. Il fait sortir Adu du terrain de peine et de misère, mais il est trop tard. Le défenseur André Hainault ajoute un huitième but pour faire bonne mesure et soulève son maillot pour en révéler un autre : le nouveau de l’Impact. Hainault sera cloué au banc pour le reste des séries.

Demi-finales

Colorado 3-1 Seattle

Après un excellent 1-0 à l’extérieur, Seattle vend un nombre record de billets pour le match retour : 140 000. Les Sounders annoncent qu’en raison de la controverse entourant Drew Carey lors du match précédent, le club devra respecter la capacité maximale de son stade, mais qu’importe : les détenteurs des 80 000 derniers billets vendus pourront assister au match sur écran géant au Safeco Field, le stade des Mariners de Seattle. Or, un problème de communication fait en sorte que tous les joueurs de Seattle sauf un (le pauvre Kasey Keller) se rendent au stade de baseball. L’arbitre n’a d’autre choix que d’accorder une victoire de 3-0 par défaut au Colorado, qui passe en finale pour la deuxième saison consécutive!

Houston 0-1 Kansas City

Fort d’une victoire de 8-1, le Dynamo accueille le Sporting Kansas City avec le nez en l’air. Trop confiants, les Texans sont battus 1-0 chez eux par KC et leur soi-disant révolutionnaire 4-3-3 qui alimente la rubrique Talking Tactics de MLSSoccer.com. L’entraîneur Peter Vermes pousse la révolution plus loin : au match retour, il adopte un 8-1-1 que Houston n’arrive pas à résoudre. Kansas City se rend en finale et le 8-1-1 fera sensation en Ligue 1 française la saison suivante.

Finale

Los Angeles 1-0 New York

Irrités par l’exclusion rapide de ses deux équipes chouchous, les dirigeants de la MLS disqualifient toutes les autres équipes sauf New York et Los Angeles. Le Galaxy l’emporte 1-0 grâce à un coup franc de David Beckham accordé en raison, semble-t-il, d’une faute de Rafa Marquez sur Robin Fraser, qui ne fait même plus partie de l’équipe depuis 2000. Beckham soulève la Coupe devant ses partisans, à son dernier match avec le club (il rejoindra le Paris Saint-Germain, où il sera le premier 1 du 8-1-1 de Brian Clough, entraîneur ressuscité par Leonardo pour mener son équipe à la victoire en Ligue des champions). Tout-le-monde-il-est-content à Los Angeles, mais pas Thierry Henry, qui remet en question le résultat final en expliquant notamment combien la ligue bla bla bla…

Ça commence ce soir. Bonnes séries.

Publicités

Une réponse à “Prédictions en vue des séries de 2011

  1. Loïc (@lhameon) 2011/10/27 à 09:17

    Vraiment M. Tremblay? The Prus is right? I don’t even know you anymore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :