Mise au vert

Préparation en vue de la MLS!

Archives de Catégorie: Général

Mise au vert déménage!

miseauvert.wordpress.com n’est plus. Vive miseauvert.ca!

Vers le nouveau site

Le 4-3-3 de Mise au vert (13 février 2012)

LE 4-3-3 DE MISE AU VERT (13 février 2012)

Ce qu’on a appris cette semaine

1- Quelle histoire. En 1993, la Zambie a perdu, dans un accident d’avion au large de Libreville, au Gabon, sa génération de footballeurs la plus prometteuse. 19 ans plus tard, la Zambie a remporté sa toute première Coupe d’Afrique des nations. On peut encore croire au football.

2- Dix points séparent maintenant le Real Madrid de Barcelone, un scénario à peine envisageable il n’y a pas si longtemps. En d’autres termes, l’avantage du Madrid est plus grand que le nombre de points que l’équipe a perdus depuis le début de la saison. On peut sans doute affirmer que la Liga est décidée.

3- L’Impact a magasiné cette semaine, et Joey Saputo est content de son voyage. À suivre!

4- Un championnat de deuxième division, un autre de troisième division, un Football League Trophy, une Coupe Intertoto, une finale de Carling Cup et une FA Cup. Voilà ce qu’il faut pour être candidat au poste d’entraîneur de l’Angleterre.

En hausse

1- Steve Zakuani. Sa blessure de l’été dernier a marqué tous ceux qui l’ont vu (cherchez la vidéo vous-mêmes, je n’irai certainement pas revoir ça). Zakuani a subi une double fracture tibia-péroné qui a ensuite entraîné des dommages nerveux, et l’ailier des Sounders a eu peur de ne plus jamais jouer. Or, Steve Zakuani a refoulé le terrain contre les Whitecaps en match pré-saison cette semaine. Une autre belle histoire.

2- Thierry Henry. Aurait-il pu décider d’un meilleur scénario? Non seulement a-t-il marqué à son retour à Arsenal il y a quelques semaines, mais voilà que l’attaquant français a donné la victoire aux Gunners en toute fin de rencontre à Sunderland. De quoi donner espoir aux partisans des Red Bulls, qu’il retrouvera sous peu.

3- Jonathan Wilson. On le savait déjà brillant. Mais sa couverture de la Coupe d’Afrique des nations pour le Guardian aura été tout simplement magistrale. Bijou d’écriture par-dessus bijou d’écriture. À relire assurément. Je viens par ailleurs de commencer à lire sa biographie de Brian Clough, Nobody Ever Says Thank You. Tous ensemble : bijou…

En baisse

1- Le respect. Deux fois plutôt qu’une.

2- Mick McCarthy. Fini Wolverhampton pour lui. Après une lourde défaite à la maison contre West Brom (1-5), il fallait s’y attendre : il a été congédié.

3- Cesc Fàbregas. Quand on y songe, il n’a toujours pas gagné de championnat national, et ça risque de ne pas s’arranger avec Barcelone…

Les quatre jeudis (2 février 2012)

LES QUATRE JEUDIS (2 février 2012)

De la pure folie en Égypte

Difficile de passer à côté quand le football fait la une de la plupart des quotidiens de la planète. On compte pour l’instant au moins 79 personnes décédées au cours d’émeutes à la suite du match entre les clubs d’Al-Masry et d’Al-Ahly hier à Port-Saïd, en Égypte.

Il serait facile d’accuser le foot pour cette tragédie (et c’est généralement ce qu’on fait), mais l’opinion publique égyptienne est quasi-unanime, selon Brent Latham : le massacre, qui visait des libéraux, serait l’œuvre d’un groupe de contrerévolutionnaires partisans de l’ancien président Hosni Moubarak. La police aurait refusé d’intervenir, et les circonstances ont des airs de traquenard. Quoi qu’il en soit, 79 vies perdues sont 79 de trop.

On a trouvé notre Valentin

Première rencontre hier entre les médias montréalais et l’Américain Zarek Valentin, que l’Impact a acquis au cours du récent repêchage d’expansion. Valentin semblait de très bonne humeur et s’est même essayé au français – ses efforts étaient fort louables.

Or, le jeune défenseur sera plus heureux encore demain, lorsque son ami d’enfance Andrew Wenger atterrira à Montréal. Les deux complices entendent cohabiter de nouveau dans la métropole, et Zarek sait déjà quel sera son rôle : « La ménagère, ce sera moi. Je vais m’assurer qu’il plie ses sous-vêtements, faire à manger… ça me convient. »

Quinte de Le Toux

L’Impact est plutôt mince à l’avant, on le sait déjà. Et on ne peut s’empêcher de penser que ça ne s’arrange pas lorsqu’on voit un buteur comme Sébastien Le Toux faire ses valises pour Vancouver. Le Toux marque régulièrement, alimente ses coéquipiers – et il parle français, bien sûr.

Du côté des Whitecaps, on déborde d’attaquants et on devra logiquement procéder à une transaction. Il y a fort à parier que l’Impact mettra son nom dans le chapeau de la loterie [insérer le nom d’un attaquant de Vancouver ici].

Mirandés, tombeur de géants

Enfin, une histoire qui fait sourire en Espagne (et qui n’implique ni Madrid, ni Barcelone) : le minuscule club Mirandés, de la province de Burgos, est en demi-finale de la Copa del Rey contre l’Athletic Bilbao après avoir battu les Villarreal, Racing de Santander et Espanyol de la première division.

Comme le souligne Sid Lowe, la Coupe nationale d’Espagne est depuis longtemps conçue de façon à favoriser les grands clubs. Mirandés est pourtant à deux petits buts d’une place en finale (l’Athletic a gagné 1-2 à Miranda) contre Barcelone. Il est donc agréable de voir qu’il est toujours possible de rêver.

Le 4-3-3 de Mise au vert (30 janvier 2012)

LE 4-3-3 DE MISE AU VERT (30 janvier 2012)

Ce qu’on a appris cette semaine

1- L’horaire du Championnat canadien Nutrilite Amway a été dévoilé cette semaine, ce qui nous permet de confirmer ce que tout le monde savait déjà : l’Impact jouera au moins cinq fois contre le Toronto FC. À mettre à vos calendriers : 7 avril (Stade olympique), 2 mai (Stade olympique), 9 mai (BMO Field), 27 juin (Stade Saputo) et 20 octobre (BMO Field). Pourquoi « au moins »? Mais parce qu’on pourrait les retrouver en séries, voyons!

2- Un certain titulaire du Ballon d’or évoluant au Barça, après le nul contre Villarreal : « [Les arbitres] sont parfois arrogants; ils menacent de brandir un carton pour la provocation même la plus légère. » Eh! oui, Messi aussi parle des arbitres. Il est encore loin du champion du monde en la matière (indice : ¿Por qué?), mais il en est néanmoins capable…

3- Éliminés en Coupe de la Ligue par Crystal Palace. Reversés en Ligue Europa, une compétition pour laquelle il est difficile de les imaginer complètement motivés. Pris dans une lutte à finir avec leurs puissants rivaux locaux pour le championnat en Premier League. Et enfin, sortis cette fin de semaine de la FA Cup par leurs ennemis éternels, Liverpool. Il n’est décidément pas exclu que Manchester United ne gagne pas de trophée cette saison. À moins bien sûr que le Community Shield devienne soudainement une compétition majeure à Old Trafford…

4- Jonathan de Guzman pourrait jouer pour le Canada, finalement…

En hausse

1- Egil Olsen. Qui? Drillo! L’entraîneur de la Norvège, bien sûr! Lars Sivertsen signe dans le dernier numéro du Blizzard une excellente entrevue avec Olsen, qui possède un style bien particulier – et très porté sur le long ballon, les théories de Charles Reep, etc. Toujours est-il qu’en voyant Arsenal marquer trois buts attribuables au simple fait que le ballon s’est retrouvé dans la surface de réparation, je n’ai pu m’empêcher de croire qu’Olsen a dû sourire. Et comme me l’a fait remarquer Lars sur Twitter, le but qui a éliminé Manchester United de la FA Cup a dû ensoleiller la fin de semaine de cet entraîneur à la philosophie pragmatique.

2- Tim Ream. La MLS n’envoie pas que ses DP en Premier League. Les Red Bulls de New York ont transféré le défenseur Tim Ream à Bolton cette semaine, et le club anglais espère évidemment que cette nouvelle recrue l’aidera à éviter la relégation. Tâche colossale s’il en est une.

3- Le Gabon et la Guinée équatoriale. Il y a environ 18 mois, l’Afrique du Sud subissait un affront inédit : elle devenait le premier pays hôte de la Coupe du monde à rater la phase éliminatoire du tournoi. Les pays qui accueillent actuellement la Coupe d’Afrique des nations ont appris de cet échec : et le Gabon, et la Guinée équatoriale ont décroché leur billet pour le deuxième tour de la compétition. La qualification du Gabon est particulièrement spectaculaire : les Panthères ont marqué trois buts en une vingtaine de minutes pour battre leur dernier adversaire en phase de groupes, le Maroc, les éliminant par le fait même.

En baisse

1- Barcelone. La Liga est-elle bouclée? Il ne faut jamais dire jamais, mais le Real Madrid est en meilleure position pour gagner le trophée qu’à tout moment au cours des trois dernières saisons. Dans la ligue où les verdicts nuls sont les nouvelles défaites, comme le souligne Sid Lowe, l’accrochage du Barça à Villarreal dégageait un arôme marqué d’échec.

2- Sébastien Le Toux. Si Tim Ream est en hausse, l’attaquant français doit être en baisse. L’essai de Le Toux à Bolton n’aura visiblement pas de suite, mais ce ne sont pas les partisans de l’Union de Philadelphie qui s’en plaindront. Avec ses 25 buts en MLS au cours des deux dernières saisons, Sébastien Le Toux s’est imposé comme un incontournable en Pennsylvanie.

3- La FA Cup. Programme de la cinquième ronde : Liverpool c. Brighton & Hove; Everton c. Sheffield Wednesday ou Blackpool; Chelsea c. Birmingham City; Crawley Town c. Stoke City; Stevenage c. Tottenham; Norwich City c. Leicester City; Sunderland ou Middlesbrough c. Arsenal; Millwall ou Southampton c. Bolton. Vous aussi, vous avez le goût de regarder la Ligue 1 cette fin de semaine-là, n’est-ce pas?

Les quatre jeudis (26 janvier 2012)

LES QUATRE JEUDIS (2 février 2012)

Mon père disait toujours : « Fils, je t’achèterai une auto dans la semaine des quatre jeudis. » En attendant que mon troisième coupé sport arrive, voici les Quatre jeudis de cette semaine.

De la pure folie en Égypte

Difficile de passer à côté quand le football fait la une de la plupart des quotidiens de la planète. On compte pour l’instant au moins 79 personnes décédées au cours d’émeutes à la suite du match entre les clubs d’Al-Masry et d’Al-Ahly hier à Port-Saïd, en Égypte.

Il serait facile d’accuser le foot pour cette tragédie (et c’est généralement ce qu’on fait), mais l’opinion publique égyptienne est quasi-unanime, selon Brent Latham : le massacre, qui visait des libéraux, serait l’œuvre d’un groupe de contrerévolutionnaires partisans de l’ancien président Hosni Moubarak. La police aurait refusé d’intervenir, et les circonstances ont des airs de traquenard. Quoi qu’il en soit, 79 vies perdues sont 79 de trop.

On a trouvé notre Valentin

Première rencontre hier entre les médias montréalais et l’Américain Zarek Valentin, que l’Impact a acquis au cours du récent repêchage d’expansion. Valentin semblait de très bonne humeur et s’est même essayé au français – ses efforts étaient fort louables.

Or, le jeune défenseur sera plus heureux encore demain, lorsque son ami d’enfance Andrew Wenger atterrira à Montréal. Les deux complices entendent cohabiter de nouveau dans la métropole, et Zarek sait déjà quel sera son rôle : « La ménagère, ce sera moi. Je vais m’assurer qu’il plie ses sous-vêtements, faire à manger… ça me convient. »

Quinte de Le Toux

L’Impact est plutôt mince à l’avant, on le sait déjà. Et on ne peut s’empêcher de penser que ça ne s’arrange pas lorsqu’on voit un buteur comme Sébastien Le Toux faire ses valises pour Vancouver. Le Toux marque régulièrement, alimente ses coéquipiers – et il parle français, bien sûr.

Du côté des Whitecaps, on déborde d’attaquants et on devra logiquement procéder à une transaction. Il y a fort à parier que l’Impact mettra son nom dans le chapeau de la loterie [insérer le nom d’un attaquant de Vancouver ici].

Mirandés, tombeur de géants

Enfin, une histoire qui fait sourire en Espagne (et qui n’implique ni Madrid, ni Barcelone) : le minuscule club Mirandés, de la province de Burgos, est en demi-finale de la Copa del Rey contre l’Athletic Bilbao après avoir battu les Villarreal, Racing de Santander et Espanyol de la première division.

Comme le souligne Sid Lowe, la Coupe nationale d’Espagne est depuis longtemps conçue de façon à favoriser les grands clubs. Mirandés est pourtant à deux petits buts d’une place en finale (l’Athletic a gagné 1-2 à Miranda) contre Barcelone. Il est donc agréable de voir qu’il est toujours possible de rêver.