Mise au vert

Préparation en vue de la MLS!

Sports Extra – Les équipes canadiennes, l’Impact et l’Espagne

Voici mon nouveau projet : ma première chronique à la radio satellite Sports Extra (chaîne 156 de Sirius) de Radio-Canada, en compagnie de l’excellent René Pothier, qui a été diffusée plus tôt cet après-midi.

Une précision cependant : j’ai affirmé que les équipes mexicaines que l’Impact a affrontées n’étaient pas nécessairement en haut de tableau. Le « nécessairement » fait évidemment référence à Chivas Guadalajara (je reconnais les possibilités de « oui mais Olivier t’as dit que… mais dans le fond c’est pas vraiment… » quand je les vois!).

Bonne écoute!

Publicités

Le 4-3-3 de Mise au vert (30 janvier 2012)

LE 4-3-3 DE MISE AU VERT (30 janvier 2012)

Ce qu’on a appris cette semaine

1- L’horaire du Championnat canadien Nutrilite Amway a été dévoilé cette semaine, ce qui nous permet de confirmer ce que tout le monde savait déjà : l’Impact jouera au moins cinq fois contre le Toronto FC. À mettre à vos calendriers : 7 avril (Stade olympique), 2 mai (Stade olympique), 9 mai (BMO Field), 27 juin (Stade Saputo) et 20 octobre (BMO Field). Pourquoi « au moins »? Mais parce qu’on pourrait les retrouver en séries, voyons!

2- Un certain titulaire du Ballon d’or évoluant au Barça, après le nul contre Villarreal : « [Les arbitres] sont parfois arrogants; ils menacent de brandir un carton pour la provocation même la plus légère. » Eh! oui, Messi aussi parle des arbitres. Il est encore loin du champion du monde en la matière (indice : ¿Por qué?), mais il en est néanmoins capable…

3- Éliminés en Coupe de la Ligue par Crystal Palace. Reversés en Ligue Europa, une compétition pour laquelle il est difficile de les imaginer complètement motivés. Pris dans une lutte à finir avec leurs puissants rivaux locaux pour le championnat en Premier League. Et enfin, sortis cette fin de semaine de la FA Cup par leurs ennemis éternels, Liverpool. Il n’est décidément pas exclu que Manchester United ne gagne pas de trophée cette saison. À moins bien sûr que le Community Shield devienne soudainement une compétition majeure à Old Trafford…

4- Jonathan de Guzman pourrait jouer pour le Canada, finalement…

En hausse

1- Egil Olsen. Qui? Drillo! L’entraîneur de la Norvège, bien sûr! Lars Sivertsen signe dans le dernier numéro du Blizzard une excellente entrevue avec Olsen, qui possède un style bien particulier – et très porté sur le long ballon, les théories de Charles Reep, etc. Toujours est-il qu’en voyant Arsenal marquer trois buts attribuables au simple fait que le ballon s’est retrouvé dans la surface de réparation, je n’ai pu m’empêcher de croire qu’Olsen a dû sourire. Et comme me l’a fait remarquer Lars sur Twitter, le but qui a éliminé Manchester United de la FA Cup a dû ensoleiller la fin de semaine de cet entraîneur à la philosophie pragmatique.

2- Tim Ream. La MLS n’envoie pas que ses DP en Premier League. Les Red Bulls de New York ont transféré le défenseur Tim Ream à Bolton cette semaine, et le club anglais espère évidemment que cette nouvelle recrue l’aidera à éviter la relégation. Tâche colossale s’il en est une.

3- Le Gabon et la Guinée équatoriale. Il y a environ 18 mois, l’Afrique du Sud subissait un affront inédit : elle devenait le premier pays hôte de la Coupe du monde à rater la phase éliminatoire du tournoi. Les pays qui accueillent actuellement la Coupe d’Afrique des nations ont appris de cet échec : et le Gabon, et la Guinée équatoriale ont décroché leur billet pour le deuxième tour de la compétition. La qualification du Gabon est particulièrement spectaculaire : les Panthères ont marqué trois buts en une vingtaine de minutes pour battre leur dernier adversaire en phase de groupes, le Maroc, les éliminant par le fait même.

En baisse

1- Barcelone. La Liga est-elle bouclée? Il ne faut jamais dire jamais, mais le Real Madrid est en meilleure position pour gagner le trophée qu’à tout moment au cours des trois dernières saisons. Dans la ligue où les verdicts nuls sont les nouvelles défaites, comme le souligne Sid Lowe, l’accrochage du Barça à Villarreal dégageait un arôme marqué d’échec.

2- Sébastien Le Toux. Si Tim Ream est en hausse, l’attaquant français doit être en baisse. L’essai de Le Toux à Bolton n’aura visiblement pas de suite, mais ce ne sont pas les partisans de l’Union de Philadelphie qui s’en plaindront. Avec ses 25 buts en MLS au cours des deux dernières saisons, Sébastien Le Toux s’est imposé comme un incontournable en Pennsylvanie.

3- La FA Cup. Programme de la cinquième ronde : Liverpool c. Brighton & Hove; Everton c. Sheffield Wednesday ou Blackpool; Chelsea c. Birmingham City; Crawley Town c. Stoke City; Stevenage c. Tottenham; Norwich City c. Leicester City; Sunderland ou Middlesbrough c. Arsenal; Millwall ou Southampton c. Bolton. Vous aussi, vous avez le goût de regarder la Ligue 1 cette fin de semaine-là, n’est-ce pas?

Les quatre jeudis (26 janvier 2012)

LES QUATRE JEUDIS (2 février 2012)

Mon père disait toujours : « Fils, je t’achèterai une auto dans la semaine des quatre jeudis. » En attendant que mon troisième coupé sport arrive, voici les Quatre jeudis de cette semaine.

De la pure folie en Égypte

Difficile de passer à côté quand le football fait la une de la plupart des quotidiens de la planète. On compte pour l’instant au moins 79 personnes décédées au cours d’émeutes à la suite du match entre les clubs d’Al-Masry et d’Al-Ahly hier à Port-Saïd, en Égypte.

Il serait facile d’accuser le foot pour cette tragédie (et c’est généralement ce qu’on fait), mais l’opinion publique égyptienne est quasi-unanime, selon Brent Latham : le massacre, qui visait des libéraux, serait l’œuvre d’un groupe de contrerévolutionnaires partisans de l’ancien président Hosni Moubarak. La police aurait refusé d’intervenir, et les circonstances ont des airs de traquenard. Quoi qu’il en soit, 79 vies perdues sont 79 de trop.

On a trouvé notre Valentin

Première rencontre hier entre les médias montréalais et l’Américain Zarek Valentin, que l’Impact a acquis au cours du récent repêchage d’expansion. Valentin semblait de très bonne humeur et s’est même essayé au français – ses efforts étaient fort louables.

Or, le jeune défenseur sera plus heureux encore demain, lorsque son ami d’enfance Andrew Wenger atterrira à Montréal. Les deux complices entendent cohabiter de nouveau dans la métropole, et Zarek sait déjà quel sera son rôle : « La ménagère, ce sera moi. Je vais m’assurer qu’il plie ses sous-vêtements, faire à manger… ça me convient. »

Quinte de Le Toux

L’Impact est plutôt mince à l’avant, on le sait déjà. Et on ne peut s’empêcher de penser que ça ne s’arrange pas lorsqu’on voit un buteur comme Sébastien Le Toux faire ses valises pour Vancouver. Le Toux marque régulièrement, alimente ses coéquipiers – et il parle français, bien sûr.

Du côté des Whitecaps, on déborde d’attaquants et on devra logiquement procéder à une transaction. Il y a fort à parier que l’Impact mettra son nom dans le chapeau de la loterie [insérer le nom d’un attaquant de Vancouver ici].

Mirandés, tombeur de géants

Enfin, une histoire qui fait sourire en Espagne (et qui n’implique ni Madrid, ni Barcelone) : le minuscule club Mirandés, de la province de Burgos, est en demi-finale de la Copa del Rey contre l’Athletic Bilbao après avoir battu les Villarreal, Racing de Santander et Espanyol de la première division.

Comme le souligne Sid Lowe, la Coupe nationale d’Espagne est depuis longtemps conçue de façon à favoriser les grands clubs. Mirandés est pourtant à deux petits buts d’une place en finale (l’Athletic a gagné 1-2 à Miranda) contre Barcelone. Il est donc agréable de voir qu’il est toujours possible de rêver.

Le 4-3-3 de Mise au vert (23 janvier 2012)

LE 4-3-3 DE MISE AU VERT

C’est bien connu; depuis que Barcelone gagne des trophées à n’en plus finir, la croyance veut que le 4-3-3 soit la voie du succès. Parlez-en à Aron Winter, dont la formation a entraîné les miracles que l’on connaît à Toronto, ou encore à Ian Holloway, qui a connu une saison remarquable à la tête de Blackpool l’an dernier.

C’est pourquoi, dans un souci de rigueur et afin de gagner des trophées, Mise au vert se met sur son 4-3-3. Voici donc, dans l’ordre, quatre choses que nous avons apprises au cours de la dernière semaine, suivies de trois personnes ou clubs en hausse et de trois personnes ou clubs en baisse.

Ce qu’on a appris cette semaine

1- Les rumeurs n’ont peut-être rien de fondées, mais tout de même : Ballack? Toni? Del Piero? Ça fait parler, et ce, à un point tel que le réputé France Football spécule sur un possible transfert de l’Impact. Par le passé, il est arrivé que FF mentionne le club montréalais en raison d’un transfert confirmé, comme celui de Nelson Rivas, ou encore parce qu’un joueur évoluant dans un club français effectuait un essai ici. Nous en sommes maintenant au point où les rumeurs impliquant l’Impact sont reprises dans une publication comme France Football. Pas de doute, c’est la première division.

2- Quiconque a regardé la première mi-temps de Manchester City-Tottenham a voulu se rouler en boule dans un coin, pleurer jusqu’à ce que la mort arrive et annuler les funérailles pour cause de désespoir trop avancé. Quiconque a résisté pour regarder la deuxième mi-temps en aura été quitte pour de fortes émotions, particulièrement en fin de match. Mario Balotelli, qui aurait probablement dû être expulsé pour s’être essuyé les crampons sur Scott Parker, a transformé un penalty qu’Howard Webb a sifflé en toute fin de rencontre. Et qui l’eut cru? Balotelli a souri. Vous avez bien lu : Balotelli, après avoir marqué un but, a été capable d’exprimer une certaine forme d’émotion.

3- Ce n’est pas nouveau, mais celle-là n’est pas mal. Les journalistes sont tout à fait susceptibles de se faire avoir par de faux comptes Twitter. Aussi Filippo Ricci, de la Gazzetta dello Sport, a-t-il relayé une information selon laquelle Harry Redknapp, l’entraîneur de Tottenham, avait démissionné après le match de dimanche, en précisant que la primeur provenait de Sky Sports News. Or, ce n’était pas la chaîne anglaise, mais bien un imposteur, dénommé @SkySporksNews, qui avait lancé la fausse nouvelle.

4- Kaká l’a encore. À voir ici.

En hausse

1- Clint Dempsey. Après avoir marqué trois filets dans la victoire de Fulham en FA Cup le 7 janvier, l’Américain a récidivé contre Newcastle United samedi en plantant trois autres buts dans un mémorable (enfin, sauf pour ceux qui ont une tuque des Magpies; je plaide coupable) succès de 5-2. Patrick Leduc, qui avait mentionné Dempsey parmi ses révélations sur les ondes de RDS, n’était pas peu fier.

2- Borussia Dortmund. Avant la pause des Fêtes, les champions allemands ont eu toutes les misères du monde à éliminer le Fortuna Düsseldorf, qui évolue en deuxième division, dans le cadre de la Coupe d’Allemagne (0-0, 4-5 aux tirs au but). En perte de vitesse donc? Pas du tout. La troupe de Jurgen Klopp a célébré son retour à la compétition en grand avec une explosion de buts à Hambourg (1-5).

3- Lionel Messi. Mais au sens littéral. Vous avez vu son premier but, de la tête, contre Málaga? Quelle élévation!

En baisse

1- Bayern Munich. « Il ne se croit probablement pas prêt à franchir l’étape du Bayern. » « Il a peur. » Tels étaient les mots du défenseur Holger Badstuber et de l’ailier Arjen Robben, du club de la Bavière, en référence à Marco Reus, l’ailier du Borussia Mönchengladbach qui a refusé une offre du Bayern afin de rejoindre le club de son enfance, le Borussia Dortmund, au terme de la présente saison. La réponse de Reus? Un but et une passe décisive dans la victoire de 3-1 de Gladbach contre le Bayern vendredi dernier. Tiens tiens.

2- Mustapha Jarju. On disait de lui il y a quelques jours à peine qu’il serait surprenant de le voir quitter Vancouver en raison de son imposant salaire (470 000 $ par année), mais voilà que l’attaquant n’est plus un membre des Whitecaps. Le club et l’international gambien ont mis fin à l’amiable à leur association, mais il y a fort à parier que les partisans britanno-colombiens l’auront longtemps sur le cœur. Faire le saut d’une deuxième division belge à un club d’expansion de la MLS aura été trop difficile pour Jarju, qui n’aura endossé le maillot des Whitecaps qu’à 10 occasions sans grande réussite.

3- Andrey Arshavin. Déjà peu populaire chez les partisans d’Arsenal, l’ailier russe a trouvé le moyen de se faire davantage d’ennemis dimanche contre Manchester United. Envoyé comme remplaçant d’un excellent Alex Oxlade-Chamberlain, Arshavin a été hué lors de son entrée en jeu et n’a pas aidé sa cause en ayant l’air d’un poteau sur pattes sur le but vainqueur des Red Devils. La pression se fait de plus en plus forte sur Arshavin et sur son entraîneur, Arsène Wenger, à qui les huées étaient certainement en partie destinées…

Les quatre jeudis (19 janvier 2012)

LES QUATRE JEUDIS

Grosse semaine d’un point de vue personnel et du point de vue de la MLS. Repêchages à profusion (bon, d’accord, seulement deux, mais c’est plus que dans n’importe quelle autre ligue), camps d’entraînement, transferts et recrutement… sans compter l’Europe.

Allons-y donc pour quatre courtes observations là-dessus en ce jeudi.

Calum Mallace : un honneur partagé

C’est un Calum Mallace emballé par la victoire des Giants de New York (« Je passe beaucoup de temps à Milwaukee, où il y a beaucoup d’haïssables [obnoxious] partisans des Packers ») qui m’a parlé dans son anglais au tout léger accent écossais – j’insiste sur « tout léger » – dimanche soir dernier. Non seulement Aaron Rodgers et ses potes avaient-ils perdu, mais trois jours auparavant, l’Impact avait repêché Mallace avec le premier choix de la deuxième ronde (20e au total) du SuperDraft de la MLS. De quoi rendre un jeune homme de 22 ans heureux, en somme!

La sélection du milieu de terrain est entrée dans l’histoire de l’Université Marquette puisque Mallace demeurera à jamais le tout premier joueur issu de cet établissement repêché au cours d’un SuperDraft. C’est un honneur qui ravit le nouveau protégé de Jesse Marsch, mais le principal intéressé n’hésite pas à accorder une bonne part du mérite à ses pairs et à son entraîneur. « Tous ensembles, nous avons insufflé un vent nouveau sur le programme de Marquette. Nous étions une équipe, un tout, une famille. »

S’il est prêt à entamer la prochaine étape de sa carrière de footballeur à Montréal, Calum Mallace en a encore long à apprendre sur nos habitudes : « Des frites, de la sauce et du fromage? Ça semble absolument génial! »

Pas durant le camp d‘entraînement, par contre.

Un classique?

Il fallait être un peu hypnotisé pour regarder l’intégrale du Clasico d’hier entre le Madrid et le Barça. Être fasciné par ces deux équipes, qui réussissent à faire 90 minutes à heure de grande écoute dans un tournoi national de football sans réellement jouer au football. Bon, d’accord, surtout le Madrid. Reste que c’est presque un exploit.

La bonne nouvelle, c’est que Jose Mourinho n’a mis de doigt dans les yeux de personne. Que Ronaldo a au moins essayé de jouer et marqué contre une grosse équipe. Que Messi, bien qu’il ait souvent été tenu à l’écart des zones dangereuses, a servi une passe magistrale à Abidal pour un deuxième but bien mérité.

La mauvaise, c’est que ça recommence mercredi prochain. Et que même si on se lamente constamment du fait que ce n’est plus vraiment intéressant, le Clasico, on le regardera tous quand même.

Newcastle United surprend tout le monde

Non, Newcastle n’est pas que le nom d’une des meilleures bières au monde. C’est aussi le nom du meilleur club d’Angleterre (non, je n’ai pas vraiment d’argument pour appuyer cette affirmation) situé dans la plus belle ville d’Angleterre (plein d’arguments ici). Et ce club surprend.

Invaincus pendant 11 journées en début de saison, les Magpies se sont hissés jusqu’à la troisième place du classement, ce qui lui conférait un petit quelque chose de chic. Deux victoires au cours des neuf journées suivantes ont évidemment mis un terme aux fantasmes des Geordies, mais le septième échelon de la Premier League est un gigantesque compliment envers un club qui était en deuxième division il y a deux saisons. À n’en point douter, le Curly One (Fabricio Coloccini) est absolument formidable depuis août, et que dire de Demba Ba!

Newcastle jouera également à Brighton & Hove en quatrième ronde de la FA Cup à la fin du mois, un voyage tout à fait négociable pour les hommes d’Alan Pardew. Peut-on rêver à un premier grand trophée depuis la Coupe des villes de foires de 1969 (6-2 au total des buts contre Újpest Dózsa) et à un premier sacre en FA Cup depuis 1955 (3-1 contre Manchester City)? Si Portsmouth a pu gagner en 2008…

MLSSoccer.com

Un peu d’autopromotion pour terminer. Ces derniers temps, j’ai eu le bonheur de collaborer avec le site officiel de la MLS en ce qui a trait à la couverture de l’Impact (en anglais évidemment). Vous pourrez trouver mes articles ci-dessous.

Impact get a little Canuck flavor in Supplemental Draft

Mallace proves to be a SuperDraft steal for Impact

No regrets for Ching on first day of Impact training camp

Montreal say they plan to bring Wenger along slowly

Impact’s Marsch: We know who we’re taking at No. 1